mercredi 15 octobre 2008

Ville et propreté

Sur cette image, vous voyez ces jeunes gens transportant des ordures ménagères dans une brouette.
C’est ainsi que l’on procède, à Divo, ville située à environ 190 km de Abidjan , au ramassage de ces ordures , je dirai des ordures tout simplement.
La population n’ayant aucune notion de la gestion des ordures, ne fait pas le tri entre piles usagées, les plastiques, le métal , les bouteilles d’insecticide et les restes alimentaires ;
Le tout étant assemblé dans une même poubelle .Ces enfants, passent dans chaque cour pour en faire la collecte et le déverser ensuite dans la nature. Souvent dans les caniveaux, la pluie se chargeant de la distribution dans la ville. Ce que nous produisons comme ordure, nous revient .En cette période de pluie , la ville cultive toute sorte de maladies liées à la saleté.
Une timide opération de ramassage, de quelques mois et après le décès du maire, l’équipe suivante s’en est dégagé.
Aucune structure n’existe et la population est livrée à elle-même.
 

8 commentaires:

Attention à la Terre a dit…

Il y a du travail.. je comprends ton découragement parfois.. Il faut du temps avant la prise de conscience du principe de "cause à effet" de nos actes.
Bonne continuation, au moins tu es acteur dans cette lutte.
Bravo.

hiler a dit…

je vais bientot mettre sur pied une structure bénévole pour travailler sur l'environnement immédiat des foyers...merci

Raphaël ADJOBI a dit…

Il serait peut-être utile d'approcher un membre du Conseil Municipal afin d'attirer son attention sur la situation sanitaire de la ville. Ce ramassage part d'une très bonne intention. Mais il y a une gestion des ordure à faire.
Je dis cela mais je suis en même temps conscient qu'une ville comme Divo est incapable d'envisager la gestion des ordures non ménagères. La ville peut entreprendre de trier ; mais que fera-t-elle des piles et autres ordure provenant des produits industriels ? On peut croire que le problème de Divo est aussi celui des autres villes africaines.
Bravo pour ton blog qui nous permet d'entrer dans ta ville.

mohamed billy a dit…

Hiler, je vois ton indignation sur tout ce tas d'ordures qui paradent dans nos villes, j'imagine qu'une place au conseil municipal de Divo te ferait pas de mal et surtout un grand bien à la population.St ralph propose une approche auprès de la municipalité, ce qui est la norme en tant que citoyen , moi je te vois bien à la place même de ce conseiller chargé de la propreté de la ville.Si ce n'est pas trop dit, une association pour revendiquer le droit l'hygiène public.Maintenant que tu as la puce à l'oreille cher Dr....

hiler a dit…

Merci les gars, mais moi je pense que de l'extérieur je pourrais mieux être utile, car beaucoup plus libre et moins lié par l'administration.Je suis en ce moment entrain de penser un mouvement (sorte ONG) de bénévoles, pour nous y investir.L'ancienne équipe dont le mandat se poursuit, avait conclu un marché avec des camions adaptés au ramassage, mais juste une semaine après le décès du maire, tout est arrêté.Pour information, personne n'ose nous en donner l'explication de cette rupture de contrat...C'est peut être l'explication du mal de l'administration en Afrique, personne ne prend en considération la notion de la continuité.Tout est lié à la personne te non à la collectivité

mohamed billy a dit…

Et on remet tous à demain ce qu'on peut faire aujourd'hui.

marietom a dit…

Terrible, et tellement vrai, ce post. j'ai été effarée, cet été, de constater l'état de saleté de la Côte d'Ivoire... Toute une "éducation" à refaire... mais je n'ai pas l'impression que les choses bougent, j'étais venue il y a neuf ans, c'était déjà pareil...

hiler a dit…

Oui, tout une éducation à refaire,marietom.Quand on sait ce qu'on peut faire chacun à son niveau sans attendre 1 centime de personne.Le plus grave , nous avons un ministère pompeux, ministère de la santé et de l'hygiène publique.J'aurais souhaité que ce ministère n'existe pas , alors je comprendrais.Faites tout simplement un tour dans nos CHU et CHR et vous en serez situé .